Les récits ternes de l’Amer mini-pièce / 6ème acte le 4 septembre 2019

6ème acte. Incertitude toujours.

La douceur vient des reflets orangés de l’horizon, des lignes de fuite. Comme chaque couché de soleil, elle ne durera point. Enjoy.

6ème acte.

(Incertitude encore, nouveaux sentiments, ciel orange, brume et tourmentes)

Le capitaine : "Accostons, mes hommes, vous n’avez point démérité."

Le nouveau second : "Pieds à terre, marins ! Ancres au mouillage, débarquez maintenant, hissez les pontons. Nous y sommes."

Voix narrative : "Trop lointain, trop trouble, Si peu préparé, le but peut se vider de son sens."

Le capitaine, pour lui même : "Alors, nous y sommes... Beaucoup étaient sûrs que nous ne serions que planctons, au mieux dispersés sur la poitrine laiteuse de l’océan."

Le capitaine, délirant : "Cette forme douce, ce galbe, la belle nous attendait ! Tout ce temps là ! Ahahhah AHAHAhah !"

(La pluie tropicale s’intensifie, la marasme humide enrobe les alterités)

Le nouveau second : "Assez des insanités, il faut avancer maintenant. Débarquez !"

L’équipage : "Capitaine vous êtes serein ? Vous êtes Ok ? Ok."

(Les pieds se hasardent à fouler l’immensité de terre, les querelles se perdent une seconde en touchant cet Eldorado sans nom, sous une pluie battante)

La mouette : "Kwaaaak kwaaakkwak. kkrpt pttk, tkaap."

Voix narrative : "Perdus, confus, hagards, il nous arrive d’embrasser l’errance. Imaginer le pied devant l’autre sans savoir si l’apaisement aura ce visage"

(Les nuages de chaleur se font moins menaçants, le turquoise se mêle au gris, puis l’écarte, le bleu est omniprésent)

Le barbier : "Ça me la coupe, ouais, je sors de câle, qui est cette beauté ?"

L’équipage : "ahaha AHAHAHa"

(Plusieurs membres de l’équipée embarque timidement sur le radeau qui les relient maintenant à la terre, Les pieds touchent enfin la plage)

Marin 1 : "C’est tellement calme ici, hey... l’oiseau ! Watch out."

La mouette : "Kwaaaak kwaaakkwak Kwrak kaaak"

Marin 2 : "Notre nouvelle terre, notre"

(Schhooontk, pfrhfhpfh)

Voix narrative : "Les découvreurs meurent souvent, les autres gangrènent en leur emboîtant le pas."

(Ce marin gît maintenant, une lame fine lancée depuis les rochers lui ayant sectionné la carotide. Un bouillon infâme sort de son cou.)

Marin restant : "..."

Le nouveau second : "Indigènes, hostiles, locaux... Sortez les chaises dans la ruelle, ça risque de durer."

Le capitaine : "Oui, ok. J’avais prévenu en même temps."

Voix narrative : "Et pour la première fois on vit le sang mêlé d’incompréhension, voler la vedette à la Terre qui nous unis, celle qui sera, un jour ... mer"